Paiements

Devenez expert transmédiatique, partie 2

Ciblez vos visiteurs avec précision grâce à l'outil autorépondeur

L'autorépondeur : l'outil pour rester en contact
L'autorépondeur : l'outil pour rester en contact
source - Stuart Rankin
Tout système de proposition commerciale à distance utilise le marketing direct, c'est à dire la capacité de s'adresser directement au prospect. Sur Internet, ça se traduit par l'utilisation d'applications qui permettent de récupérer le contact d'un visiteur. On appelle ça un système d'autoréponse et, plus communément, un autorépondeur.
Il existe tout un tas de services extérieurs, indépendants, spécialisés dans l'emailing de masse et ces services exploitent un autorépondeur que vous pouvez intégrer sur les pages de vos sites web. L'enjeu est réel puisque le formulaire que vous utilisez vous permet de vous constituer une base de données qui est le socle de votre activité en ligne. En clair : sans base de données, pas de marketing direct et donc pas de ventes (ou très peu).
Dans un précédent billet, je vous présentais assez succintement l'outil emailing de Zerudi. Voici maintenant l'outil autorépondeur qui communique directement avec l'emailing. Il s'intègre en un clic et vous pouvez vraiment le paramétrer pour cibler le plus précisément possible vos  visiteurs.

Vers la gestion d'une base de données unique

La force de Zerudi est de ne gérer qu'une base de données : tous les outils et espaces communiquent entre eux. C'est ce qui permet de suivre au plus près vos visiteurs et donc de les qualifier. Vous n'avez jamais besoin de faire la moindre manipulation : l'automatisation est au coeur de l'application.
Pour certaines personnes, l'inconvénient de Zerudi, et il y en a, c'est que c'est un écosystème. Si, par ailleurs, vous utilisez une autre solution, vous n'avez pas d'autre choix que de transférer votre ou vos bases de données. Car nous ne pouvons pas intégrer d'autres outils que ceux qui sont prévus. La raison est simple : pour utiliser pleinement la puissance de notre application, vous devez laisser les outils communiquer entre eux en interne. Au final, vous vous rendez vite compte que c'est la meilleure solution : en centralisant votre activité, vous économisez beaucoup de temps.

Quelles sont les fonctionnalités exactes ?

C'est une question qui nous est posée, notamment si vous utilisez un système d'autoréponse indépendant comme Aweber, Cybermailing, Mailchimp, Mailjet ou encore SG Autorépondeur : quelles sont les fonctionnalités ? La solution sur Zerudi est-elle aussi performante ?
Tout d'abord, la technologie du formulaire qui consiste à capturer un email et ensuite automatiser des relances n'est pas nouvelle : c'est plutôt maîtrisé et il y a très peu de surprise à attendre de ce côté là.
La fonction de base est donc de capturer l'email, puis de diriger le visiteur sur une page dite "d'atterrissage" et enfin l'intégrer dans une séquence de suivi. C'est-à-dire que, suite à son inscription, des emails automatiques lui sont envoyés dans le temps : des follow-up. Vous organisez ces relances en fonction de la date d'inscription, d'une date précise etc. Vous devez pouvoir aussi créer des newsletters en temps réel.
En fonction dite "avancée", vous devez pouvoir créer des groupes. La plupart des prestataires créent un ensemble de règles. En général, lorsque vous insérez un formulaire d'inscription sur votre site, par défaut, le visiteur va être dans un groupe. La procédure habituelle, c'est de diriger le prospect (visiteur inscrit) vers de nouvelles pages dites "de capture" pour l'inscrire dans un groupe précis. Ainsi, le prospect entre à nouveau son email : si l'email est le même, ce qu'on espère, celui-ci est reconnu, désinscrit automatiquement de la première liste pour être intégré dans cette nouvelle liste. Le problème, c'est que ça oblige le prospect à s'inscrire à nouveau. Et s'il utilise un autre email, il est inscrit... deux fois.
Sur Zerudi, cette contrainte est supprimée : le visiteur ne s'inscrit qu'une fois et c'est en fonction de son comportement sur le site qu'il se qualifie de lui-même : c'est souple, non intrusif et automatique.
Une fonction qui peut paraître intéressante est la personnalisation du formulaire. Certains prestataires vous proposent différents templates pour rendre le formulaire plus attractif. Sur Zerudi, pour le moment en tout cas, le design est standard et non modifiable. Vous pouvez paramétrer le texte du bouton d'engagement, la page de destination et le groupe dans lequel vous souhaitez qualifier votre visiteur.
telechargez livre blanc

Double optin ou pas ?

La procédure "éthique" de l'inscription consiste à demander au visiteur de valider son inscription. C'est ce qu'on appelle le "double optin". Cette procédure est obligatoire sur Zerudi. La raison est simple : la gestion de bases de données est une tâche complexe et lourde. Vous avez tout intérêt à ne pas surcharger la votre de faux emails qui, lorsque vous communiquez, sont renvoyés au serveur. Même si, de façon automatique, ces emails sont ensuite désactivés, vous perdez du temps, ne favorisez pas notre travail et encore moins le votre. Avec la solution du double optin, au moins, vous êtes sûr que l'email existe. Au passage, Zerudi interdit l'inscription avec des emails "jetables".
La quasi totalité des autres solutions vous laissent le choix quand à cette procédure. Sachez que si vous utilisez ces services, vous avez grandement intérêt à activer la confirmation d'inscription.

Et les pop-up ?

Très à la mode aux alentours de 2006, les fenêtres pop-up, jugées intrusives, ont ensuite disparu... avant de revenir récemment. Un pop-up est une fenêtre qui s'ouvre de façon automatique pendant que vous êtes sur une page : vous avez peut-être déjà visité des sites ou justement un formulaire apparaît au beau milieu d'une page pour vous inviter à vous inscrire contre un rapport, une série de vidéos etc. La plupart des marketeurs défendent  cette idée qui, semble-t-il, incite plus à s'inscrire. Notre analyse est nettement moins catégorique : nous n'avons jamais vraiment vu de différence. Un internaute qui s'inscrit chez vous le fait parce qu'il est intéressé. Personnellement, j'ai plutôt tendance à être très agacé par les pop-up, que je ferme systématiquement.
Vous l'avez compris : sur Zerudi, on a fait le choix de ne pas proposer de formulaire "pop-up" : entre l'efficacité somme toute relative et l'image de marque et de sérieux que vous avez sans doute envie de défendre, notre décision a été rapide.

On reparle délivrabilité ?

La délivrabilité est ce (gros) mot inventé il y a quelques années pour désigner la capacité d'une solution d'autoréponse "à délivrer un email". On vous le redit sans fioriture : encore heureux qu'un email est "délivré". Mais ensuite, qu'il arrive ou pas sous vos yeux est une autre affaire qui dépend d'un tas de choses.
Si le sujet vous intéresse, lisez l'analyse très exhaustive de Sylvain : la délivrabilité, le nouveau Graal . Pour faire simple, sur Zerudi comme pour n'importe quel prestataire, si les règles sont respectées, votre email part... et arrive. Si, en face, votre prospect vous a classé dans les indésirables, s'il place tout de suite votre message dans la corbeille ou que tout simplement il vous ignore : le mail sera bien délivré, mais pas lu. Or, c'est bien ça qu'il faut mesurer : l'intérêt, et donc l'engagement. Sur Zerudi, nous mesurons l'engagement des membres. De cette façon, nous pouvons maintenir des listes propres, actives... et donc réactives.

Pour résumer...

L'autorépondeur Zerudi vous permet de :
  • capturer le contact d'un visiteur intéressé
  • l'intégrer directement dans un groupe précis de façon indépendante suivant la page où il s'inscrit
  • le rediriger vers une page précise
  • demander la confirmation de son inscription (double optin)
  • déclencher une séquence automatique d'emailing ciblée
Un visiteur ne s'inscrit qu'une fois. Ensuite, son comportement est naturellement affiné afin de ne lui proposer que des informations qui l'intéressent.

Vos réactions (1)

Bonjour Vincent,

Très bon article mais je me permets de te rappeler que la delivrabilité ne se limite absolument pas au simple fait que l'email arrive (encore heureux comme tu dis...) mais qu'il arrive en boîte de réception et non ailleurs (boîte de spams) et ce, indépendamment et avant toute action du destinataire du message (ouverture, mise en spam, etc.).

C'est précisément le noeud du problème de la délivrabilité. Comment faire en sorte de maximiser les chances d'arriver en boîte de réception ?

Certains autorépondeurs professionnels proposent des outils comme les score spams (chez SG Autorépondeur et aWeber par exemple) qui permet, dès la rédaction d'un email, de prévoir un score indiquant la probabilité d'être accepté, et donc délivré dans de bonnes conditions par les fournisseurs d'adresses email des destinataires.

Certains fonctionnalités telles que les différentes segmentations (comportementales, multicritères, ...) viennent compléter l'offre d'un autorépondeur professionnel. Je rappelle par exemple que certaines fonctionnalités chez SG Autorépondeur sont des exclusivités mondiales.

Cela dit, avoir un écosystème complet qui intègre des fonctions basiques d'autorépondeur est très bien et je recommande Zerudi pour tous les entrepreneurs sur le web qui se lancent et n'ont pas (encore) besoin de ces fonctionnalités avancées dont je parle plus haut.

Bravo à Zerudi donc !

Amicalement,
Tarik Hannane

par Tarik , il y a 6 ans

Bonjour Tarik,

Ce que l'on veut dire sur la délivrabilité c'est que c'est surtout un levier marketing pour bon nombre de prestataires.
Or, techniquement, les outils de score spam ne sont qu'un indicateur sur un environnement donné.

Ils ne présagent en rien de la bonne réception du mail chez chacun des destinataires.
Le serveur de mail X n'utilise certainement pas la même recette pour détecter un spam.
(Même si, j'en convient, beaucoup se reposent à minima sur les règles de SpamAssassin)

Mais admettons qu'un autorépondeur Y ai les mêmes règles de base que le serveur X du destinataire :
il y aura toujours une part de filtrage dynamique (filtres bayesiens, règles personnalisées, études des mails lus pour les webmails) qu'aucun intervenant extérieur ne pourra jamais appréhender toute la recette pour arriver en boite de réception.
Et c'est tant mieux ! Sinon, cela voudrait dire que les Spammeurs le peuvent aussi.

C'est aussi une question de contenu : j'imagine que les contenus plus abstraits comme les "thérapies énergétiques" ou les Xème façons de "devenir millionnaires" sont plus sujets à être identifiés comme spam plutôt que les contenus de formations concrètes.

A Zerudi on ne préfère pas parler de délivrabilité parce que nous ne voulons pas fourvoyer les clients dans de fausses batailles.

Au final, il faut se poser la bonne question : est-ce parce que 10 emails supplémentaires arrivent en boite de réception que notre produit se vend mieux ? Ne faut-il pas plutôt travailler sur son discours de vente et sur son produit pour mieux le vendre plutôt que sur des micro-optimisations ?

Voilà, un petit point pour éclaircir nos propos.

Merci pour les encouragements.

par Sylvain DELEZIR , il y a 6 ans

Salut Tarik,

En fait on s'attendait à un tel retour, car comme le dit Sylvain plus bas, la délivrabilité, c'est une thématique super en vogue, plutôt créée par des marketeurs que par des développeurs, et qui en ont fait un argument commercial fort. C'est leur droit.

Et ça n'enlève absolument rien au professionnalisme des solutions qui existent ; aujourd'hui, très clairement, il vaut sans doute mieux utiliser SG que Aweber quand on externalise cette fonction.

Maintenant, nous, l'autorépondeur, on a plus de 10 ans d'expérience sur des marchés très variés et de masse et, d'un point de vue technique :
- c'est difficile de parler d'exclusivité mondiale dès lors que des tas de sites intègrent leur propre système d'autoréponse et qu'on ne connaît pas forcément toutes les fonctions ; j'ai d'ailleurs vu des systèmes concurrents de Aweber, SG et autres, destinés à un marché professionnel, très, très puissants, couplés avec des CRM etc comme www.activecampaign.com/ par exemple.
- l'emailing est un média en perte de vitesse et les solutions à venir comme Inbox de gmail vont très clairement dans une voie de tri massif ; il faut donc anticiper l'après email et ça ne sera pas les SMS ;)
- la logique veut que, dans un marché saturé d'informations, le prospect potentiel va naturellement être beaucoup plus vigilant à laisser ses coordonnées et, s'il le fait, à la nature des messages qu'il va ensuite recevoir etc.

Donc, encore une fois, pour quand même avoir expérimenté Aweber, Cybermailing, Getresponse et autres, puis très tôt avoir choisi de faire développer un outil en interne, tout ce que je remarque, c'est que :
- des tas d'emails de tous les fournisseurs (Aweber, SG, Mailchimp y compris de chez nous en intégré) arrivent en spam sans que j'ai eu à faire la moindre manip
- des tas de personnes reçoivent leurs emails (évidemment) mais ne lisent pas ou se contentent, comme moi, de les classer après ouverture, sans les lire
- l'engagement reste le meilleur indicateur de la pertinence d'un email et de toute action de communication quelle qu'elle soit

Mais après, je précise : Zerudi n'est pas un autorépondeur et n'est absolument pas destiné à être intégré où que ce soit. Et de toute façon, nous n'irons jamais empiéter sur ce "marché" qui est une toute autre démarche. Car nous ne souhaitons pas gérer des milliers de comptes différents mais bien aider, faciliter et accompagner des experts et passionnés dans le développement de leur activité transmédiatique. L'autorépondeur n'est qu'une partie de notre solution et on préfère répondre en amont aux personnes qui ont pu entendre parler de "délivrabilité" et juste leur dire que c'est un peu surfait comme argument.

Sur ce terrain là, très honnêtement, avec plus de 10 ans de pratique avec succès, je pense que notre avis est à prendre en considération très sérieusement. Mais on ne se fait pas d'illusions : l'argument commercial de délivrabilité a encore de beaux jours :)

par Vincent Delourmel , il y a 6 ans

Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires

Paiements

Devenez expert transmédiatique, partie 2